Bio

“I am a little fly trying to provoke elephants,” shares singer-songwriter Marius Billgobenson. “Music is my tool to passionately affect change worldwide” 

Marius is an award-winning anthropologist, a fiery advocate, and something of an ethnomusicologist and a curator of cultures. With his words, his music, and his life, he’s telling the world stories they need hear about marginalized people, environmental issues, and human rights. 

Marius’s invigorating blend of jazz instrumentation with indigenous African music seeks to bring awareness to disenfranchised communities. His passion and purpose are sharing the culture and concerns of his native land of the Congo River Basin—particularly, the plight of the Forest People, sometimes referred to as the “Pygmies” who reside in the Congo rainforest—but his message reverberates universally. Today, the Stockholm, Sweden-based artist announces a stunning pair of singles, “Tribes in Mind” and “Tears in the Ground.” 

Marius has become one of the most powerful voices of the Congolese community. He’s been recognized for his humanitarian work by ACNU (the UN Association for the Promotion of Human Rights in Congo), the French Cultural Center, Regional Cultural Minister in Pointe-Noire, and Congolese Art and Cultural Minister. With the organization Afrique Profonde, he’s worked tirelessly to promote cross-cultural dialogue, and understanding and education through artistic exchanges with individuals and groups within Africa and beyond. 

Marius powerfully uses music to bridge cultural divides, taking inspiration from Louis Armstrong whose glorious trumpet playing could unite the world. Like Louis, Marius has chosen the jazz vernacular to express his message. 

“I use jazz as an umbrella to bring about intellectual dialogues. Jazz creates a platform for people and leads them to the right decision. Additionally, jazz can be used as a weapon to fight for civil rights, which will salvage the forest groups by calling for political actions on the marginalized communities. Overall, jazz always leaves the humanity better than it was yesterday,” he says. 

Marius’s jazz is a vibrant and personal music bursting forth with universal appeal. His personal take on jazz weaves in blues, pop, R&B, and indigenous African traditions, specifically taking inspiration from the Pygmies’ stunning polyphonic singing. “In my music, native beliefs and customs and music from around the world are intertwined with memories and life experience weave together into a groovy tapestry,” he says. 

Previously, Marius issued the critically-acclaimed debut Sum Of My Pardon which garnered favorable coverage from All About JazzNo Depression, and JazzCorner, among other outlets. 

The elegantly earthy single “Tears On The Ground” opens with dreamy vocals, a-songbird-singing sax, warmly sophisticated acoustic guitar, and honeyed raspy vocals. Conceptually, this is a song of love and rememberance. Marius says: “Sometimes you can’t explain what you see in a person you love. It’s just the way they take you to a place where no one else can.” 

With “Tribes In Mind” Marius gets autobiographical, discussing his own journey from the Congo to being a man of the world that will forever remember his roots. The song floats forward on a foundation of heavenly harmony vocals breezy sax touches, and an African rhythmic lilt that recalls Paul Simon’s Graceland album. 

The track opens with the stirring lines: He left all behind/Carrying away his tribes in mind/Never to return again/Silenced by the storm/Claiming his home through crazy crazy longing/Never change your world in mind. The song brims with positivity. Marius says: “It is about sharing the stars when you’re going through a nighttime in life verses sharing the darkness. I want to bring people a fire of joy with this song.” 

Marius was born Marius Billy in the Congolese Swedish Mission Station “Ingoumina.”  He later took his father’s nickname “Goben” and added “son” for his music career. Marius grew up with profound experiences of Congo culture; early on sensing the community’s needs and struggles. 

Music was always around when he was growing up, as Marius’ father was a gospel choir instructor at the local mission church. As a young boy, Marius can recall fumbling around on his father’s accordion when he was away, and surprising his dad by playing music on the squeezebox. The missionaries in Marius’s young life further shaped his musicality through teaching him guitar. Soon, he was singing in his father’s choir ,and performing bass and guitar with the church’s youth group. These moments and experiencing the breathtaking polyphonic singing from the native Congo communities made indelible impressions on young Marius. 

Marius would pursue music throughout his life, even as he followed through on a pull into academics. As a young man, Marius decided to formally study anthropology to further his passion for disenfranchised cultures. During one fieldwork trip to Scandinavia, he stayed with Swedish renowned pianist, Peter Sandwall. 

At the time, Marius was performing a repertoire of jazz and gospel music with a group, but Peter encouraged Marius to add traditional songs to their performance catalog. The melding of modern instrumentation and jazz and gospel with traditional Congo and African music traditions became Marius’s calling. Not only did this blend satisfy Marius’s artistic cravings, but when the band performed this musical marriage of cultures and traditions, audiences responded overwhelming in favor of this new sound. One highlight from this transformative time was performing alongside jazz tenor titan Pharaoh Sanders who expressed his love of Pygmy musical contributions. 

With his invigorating music, his accomplished platform, and his bottomless passion, Marius is on the cusp of creating a movement. Reflecting on his journey he says: “You know, there are times, when you aspire to achieve something, and it feels as if all the forces are against you. Sometimes, though, those same forces touch you so hard that you become someone you never imagined. It’s never what happens to us in life that defines us, it’s the meaning we chose to give those powerful moments that shape us.”

 « Je ne suis qu’une petite mouche qui essaie de provoquer des éléphants, » déclare Marius Billgobenson, auto-compositeur et interprète. « J’utilise la musique pour influencer avec passion les changements du monde »  

Marius est un anthropologue primé, un ardent défenseur, et quelque part un ethnomusicologue et un conservateur des cultures. Avec ses mots, sa musique et sa vie, il raconte au monde des histoires à propos des populations marginalisées, des problèmes environnementaux et des droits de l'homme dont il en faut parler. 

L’association des instruments de jazz réconfortante de Marius à la musique africaine indigène vise à nous sensibiliser sur les communautés privées de leurs droits. Sa passion et son objectif sont de partager la culture et les préoccupations de sa terre natale du bassin du fleuve Congo — en particulier, la détresse des peuples des forêts, parfois appelés les « Pygmées » qui vivent dans la forêt tropicale du Congo – d’autant que la répercussion de son message est universelle. Aujourd'hui, l'artiste établi à Stockholm, en Suède, annonce un superbe doublé de chansons, « Tribes in Mind » et « Tears on the Ground ».  

Marius est devenu l'une des voix les plus puissantes de la communauté congolaise. Son action humanitaire a été reconnue par l'ACNU (Association des Nations Unies pour la promotion des droits de l'homme au Congo), le Centre culturel français, le ministère régional de la Culture à Pointe-Noire et le ministère congolais de l'Art et de la Culture. Avec l'organisation Afrique Profonde, il a travaillé sans relâche pour promouvoir le dialogue entre les cultures, la compréhension et l'éducation au travers d’échanges artistiques avec des individus et des groupes en Afrique et au-delà.  

Marius utilise intensément la musique pour supprimer les clivages culturels, en s'inspirant de Louis Armstrong dont le célèbre jeu de trompette pourrait unir le monde. Comme Louis, Marius a choisi la langue vernaculaire du jazz pour exprimer son message.  

« J'utilise le jazz comme un parapluie pour susciter des dialogues intellectuels. Le jazz crée une plateforme pour guider les peules vers la bonne décision. De plus, le jazz peut représenter un instrument de lutte en faveur des droits civiques, qui sauveront les groupes forestiers en appelant à des actions politiques protégeant les communautés marginalisées. Globalement, le jazz rend l'humanité meilleure », dit-il. 

Le jazz de Marius est une musique vibrante, personnelle et universellement séduisante. Son interprétation personnelle du jazz oscille entre le blues, la pop, le R&B et les traditions autochtones africaines, en s’inspirant en particulier du magnifique chant polyphonique des Pygmées. « Dans ma musique, les croyances et les coutumes indigènes, la musique du monde entier sont entremêlées de souvenirs et d’expériences de vie tissés ensemble dans une mosaïque rythmée », dit-il. 

Marius a précédemment sorti son premier album acclamé par la critique, « The Sum Of My Pardon », mis à l’honneur par All About Jazz, No Depression et JazzCorner, entre autres.  

La chanson et son élégante référence à la terre « Tears On The Ground » commence avec des voix de rêve, un saxo évoquant le chant des oiseaux, une guitare acoustique agréablement sophistiquée et de douces voix rauques. Le concept de cette chanson évoque l’amour et la mémoire. Marius dit : « Parfois, vous ne pouvez pas expliquer ce que vous voyez chez une personne que vous aimez tant. C'est juste la façon dont elle vous entraîne dans un lieu où personne d'autre ne peut le faire. »  

Dans « Tribes In Mind », Marius devient autobiographique, en évoquant son propre voyage du Congo pour en faire un homme du monde qui se souviendra à jamais de ses racines. La chanson flotte sur des voix harmonieusement célestes posées sur des brises de notes au saxo et un rythme africain qui rappelle l'album Graceland de Paul Simon.  

Le titre commence par un texte émouvant : Il a tout laissé derrière lui/emportant ses tribus avec lui pour ne plus jamais revenir 
Réduit au silence par la tempête/Réclamant sa patrie avec nostalgie/Ne changez jamais le monde dans vos souvenirs. La chanson est très positive. Marius dit : « Il s'agit surtout de partager les étoiles quand vous êtes dans l’obscurité de la vie plutôt que de partager les ténèbres. Je veux apporter aux gens un feu de joie avec cette chanson. » 

Marius Billy est son nom de naissance, au poste de la mission suédoise congolaise « Ingoumina ». Il a ensuite adopté le nom de famille de son père « Goben » et a ajouté « fils » pour sa carrière musicale. Marius a grandi en vivant de profondes expériences de la culture congolaise qui lui ont permis d’identifier très jeune les besoins et les difficultés de la communauté.  

Marius a grandi au cœur de la musique, car son père était professeur de chœur de gospel à l'église de la mission locale. Jeune garçon, Marius se souvient avoir essayé de jouer sur l'accordéon de son père en son absence et avoir surpris son père à jouer de la musique sur la Squeezebox. Les missionnaires ont façonné la musicalité du jeune Marius, en lui enseignant la guitare. Bientôt, il chantait dans la chorale de son père et jouait de la basse et de la guitare dans le groupe de jeunes de l'église. Ces moments et l'expérience du magnifique chant polyphonique des communautés indigènes du Congo ont marqué de façon indélébile le jeune Marius.  

Marius continuera à jouer de la musique tout au long de sa vie, y compris pendant ses études universitaires. Jeune homme, Marius a décidé d'étudier l'anthropologie dans les règles de l’art, afin de développer sa passion pour les cultures privées de leurs droits. Au cours d'un voyage de terrain en Scandinavie, il a séjourné avec le très renommé pianiste suédois, Peter Sandwall. 

À l'époque, Marius interprétait un répertoire de jazz et de musique gospel dans un groupe, mais Peter a encouragé Marius à ajouter des chansons traditionnelles à leur programme de représentations. L’association de l'instrumentation moderne, du jazz et du gospel avec les traditions musicales traditionnelles du Congo et de l'Afrique est devenue la vocation de Marius. Non seulement elle a satisfait les envies artistiques de Marius, mais lorsque le groupe a exécuté ce mélange de genre musical, de cultures et de traditions sur scène, le public a réagi massivement et positivement à ce nouveau son. Le moment fort de cette période de transformation aura été de se produire aux côtés du titanesque ténor de jazz Pharaoh Sanders qui a exprimé son amour des contributions musicales pygmées. 

Grâce à sa musique réconfortante, à sa plateforme opérationnelle et à sa passion débordante, Marius est sur le point de créer un mouvement. En réfléchissant sur son voyage, il dit : « Vous savez, il y ait des moments où vous aspirez à réaliser quelque chose, et vous avez l'impression que toutes les forces sont contre vous. Parfois, cependant, ces mêmes forces vous touchent si fort que vous devenez quelqu'un que vous n'avez jamais imaginé. Ce n'est jamais ce qui nous arrive dans la vie qui nous définit, c'est plutôt le sens que nous avons choisi de donner à ces moments puissants qui nous façonne. »